mercredi 8 juin 2016

Kim


par ton geste d'une violence inouïe
tu nous as écorchés vifs
regarde-nous maintenant dans notre pitoyable habit d'impuissance
ne pas pouvoir respirer par le trop d'air que tu laisses
emmurés dans un immense espace de peine
et de culpabilité jusqu'à l'absurde
accrochés à nos existences trop décentes
nous n'avons pas su
nous n'avons pas pu
tu n'as pas eu l'insouciance des enfants
qui laissent croire aux adultes qu'ils peuvent les protéger d'une vie de souffrances
et les sauver d'une mort certaine
en cet instant de délire
d'une extrême folie d'une d'extrême rage ou d'une trop extrême lucidité
tu en as terminé avec la rage avec la lucidité avec la souffrance avec la vie
tu en as terminé avec la société
tu en as terminé avec nous
mais nous
nous n'en aurons jamais terminé avec toi
nous sommes condamnés à vie à la douleur infinie de ton absence
à devoir vivre sans toi et avec toi creusé au couteau et déposé en nous dans nos entrailles
rendus à nos vies misérables et sidérés par ta mort
contraints à la parole alors que nous ne pouvons plus parler
nous voilà enveloppés d'une nuit sombre
et tout éclat de lumière claque comme une insulte
saurons-nous seulement nous tenir un peu plus dignement debout
afin de te faire honneur et te survivre ?



1 commentaire: